Nos astuces pour éviter l'affluence à Saint-Pétersbourg

Saint-Pétersbourg est surtout connue pour son réseau de canaux et ses ponts spectaculaires qui lui valent le surnom de “Venise du nord”. Mélange d’architecture exceptionnelle et d’histoire riche, berceau de la révolution russe, la ville abrite certaines des musées les plus importants au monde et vous plonge dans une atmosphère vibrante et cosmopolite où les visiteurs étrangers sont toujours les bienvenus.

Téléchargez notre application mobile Hurikat pour éviter les files d’attente dans les plus grands lieux touristiques d’Europe ! Elle est disponible gratuitement sur iOS et Android et vous donne les infos à jour et en temps réel.

Quelle saison privilégier et laquelle éviter ?

Le meilleur moment pour visiter la ville dépend entièrement de ce que vous recherchez. La fréquentation de touristes est à son maximum en juin et au début du mois de juillet, lors des fameuses nuits blanches (journées où le soleil ne se couche presque pas). Cette période est idéale pour admirer les ponts, se rendre à des concerts et autres fêtes, ainsi qu’au Palais d’été avec ses jardins et ses fontaines. Vous pourrez profiter de la “joie de vivre” qui reigne sur la ville des tsars à cette saison.

Nuits Blanches à Saint-Pétersbourg

Saint-Pétersbourg pendant les “nuits blanches” - crédits photos : Igor Kukhalashvili via Wikimedia Commons (CC BY-SA 3.0)

Les mois de mai et septembre sont les meilleures périodes pour visiter la ville : beaucoup moins de foule, temps agréable, hôtels moins chers que pendant l’été et fontaines de Peterhof déjà ouvertes. Essayez d’éviter le début du mois de mai, puisque les Russes sont en vacances et des touristes des quatre coins du pays arrivent à Saint-Péterbourg à ce moment-là (du 1er au 10 mai environ). La deuxième moitié de mai est préférable pour un séjour. L’année scolaire commence généralement le 1er septembre en Russie, donc Saint-Pétersbourg n’est jamais bondé ce mois-là.

Si vous êtes passionné(e) de poésie russe, allez visiter la ville en octobre : vous serez charmé(e) par la beauté des paysages d’automne. C’est la période idéale pour admirer les parcs et les résidences impériales de Saint-Pétersbourg. Le mois de novembre sera parfait si vous êtes misanthrope, amateur de photos sombres ou bien fan de Dostoïevski (peut-être même les trois à la fois !). N’oubliez pas d’aller voir le Cavalier de bronze et de contempler les nuages les plus gris et gros que vous ayez jamais vu.

L’hiver est la période à privilégier pour les amateurs de musées (à l’exception des dix premiers jours de janvier), puisque l’Ermitage et autres lieux incontournables sont très peu fréquentés et valent vraiment la peine d’être vus. Pendant cette période, les prix des hôtels sont au plus bas : vous gagnerez donc du temps et de l’argent. Ne vous laissez pas impressionner par la météo glaciale, un bon bouillon et une visite du musée de la Vodka sauront vous réchauffer !

Astuce générale : il peut être intéressant d’acheter une Petersburgcard, qui vous donnera accès à 50 musées, à des réductions, des visites guidées et un pass rechargeable pour prendre les transports déjà inclus dans le prix. Cette carte peut être achetée en ligne et est valable 2, 3, 5 ou 7 jours (3200 RUB pour 2 jours). Avoir les tickets à l’avance vous permettra d’éviter les files d’attente dans un maximum de lieux touristiques.

Musée de l’Ermitage

Il s’agit du “Louvre russe” sacré et tant aimé, qui a été désigné “meilleur musée du monde” par les utilisateurs de TripAdvisor en 2013. Situé dans le Palais d’Hiver, l’Ermitage accueille presque 3 millions de visiteurs chaque année. Si vous arrivez à Saint-Pétersbourg en haute saison (notamment juin-juillet), ne soyez pas intimidé(e) par la file d’attente, pouvant parfois s’étendre jusqu’à la place d’à côté : il s’agit de la queue pour les billets gratuits. En effet, plus de la moitié des visiteurs de l’Ermitage sont des élèves et des étudiants qui y ont accès gratuitement. Vous n’aurez donc pas à faire cette queue si vous achetez votre billet à l’avance (en ligne ou au distributeur à l’entrée du musée). En hiver, il y a souvent une queue aux vestiaires : vous risquez donc d’attendre un peu même en étant déjà muni de votre billet.

Musée de l'Ermitage Queue à la billetterie du Musée de l’Ermitage - crédits photos : Leon Yaakov via Flickr (CC BY 2.0)

Astuce 1 : vous pouvez réserver votre billet en ligne ou l’acheter aux distributeurs automatiques. La seconde option est moins chère mais prévoyez l’appoint puisque la machine ne rend pas la monnaie. Le prix est de 600 RUR (environ 8€).

Astuce 2 : si vous souhaitez prendre des photos, vous devrez obtenir une autorisation. Celle-ci est incluse dans le prix du billet si vous l’achetez en ligne.

Au delà des peintures de De Vinci ou Monet, l’Ermitage abrite également de nombreux objets atypiques qui vous attireront certainement : le plus vieux tapis au monde (le « tapis Pazyryk »), la collection de figurines grecques en terre cuite (statuettes Tanagra) ou les salles du Caucase contenant des objets provenant de Moshtcevaya balka, un site archéologique inhabituel situé sur la route de la soie au nord du Caucase. Le musée contient aussi la « galerie des trésors », composée de « salles d’or » (contenant 1500 pièces d’or venant d’Eurasie, du littoral de la mer Noire et d’Orient) et de « salles de diamants » (contenant une impressionnante collection de bijoux). La visite de la « galerie des trésors » n’est pas comprise dans le tarif d’entrée du musée.

Astuce 3 : si vous voulez visiter la galerie des trésors en haute saison, pensez à venir un peu avant l’heure d’ouverture du musée : l’entrée se fait par petits groupes accompagnés d’un guide. Il existe plusieurs créneaux horaires avec différentes langues. En haute saison, il est fréquent que tous les billets soient vendus 30 minutes après l’ouverture du musée. Faites en sorte de ne pas rater votre chance !

Astuce 4 : pour planifier au mieux votre visite, nous vous conseillons de télécharger l’application officielle du Musée de l’Ermitage, sur Android ou iOS.

Astuce 5 : le musée est fermé le lundi. Si vous y allez en haute saison, faites en sorte de prévoir votre visite un mercredi après-midi et évitez le mardi, jour le plus chargé. Il y a également moins de monde pendant la pause du midi et le soir, mais n’oubliez pas qu’il faut environ 3 à 4 heures pour voir l’essentiel des collections de l’Ermitage. La billetterie ferme une heure avant le musée.

Astuce 6 : le premier jeudi de chaque mois, le musée est gratuit. Oubliez ce jour-là si vous voulez éviter de faire la queue pendant des heures pour obtenir un billet gratuit, puisque l’Ermitage est toujours surchargé à ces périodes.

Musée Russe

Si vous n’êtes pas encore atteint du syndrome de Stendhal après votre visite à l’Ermitage, et si vous avez encore soif d’art, allez donc faire un tour au musée Russe. La collection retrace toute l’histoire de l’art russe, des icônes du 11ème siècle aux artistes contemporains. La collection principale étant située au Palais Mikhaïlovski, le musée s’est agrandi et comprend maintenant les ailes Rossi et Benois ainsi que d’autres bâtiments et palais. Les collections d’avant-garde russe et les peintures soviétiques sont particulièrement intéressantes. Arrêtez-vous pour admirer le travail de Pavel Filonov (l’un des artistes futuristes les plus en vogue du 20ème siècle) : le musée russe abrite la majorité de ses oeuvres. Vous ne le regretterez pas, c’est promis.

musée russe, pavel filonov

Pavel Filonov - Festin des rois, 1913

Le musée est ouvert de 13h à 21h le jeudi et de 10h à 18h les autres jours, sauf le mardi (musée fermé). La billetterie ferme une demi-heure avant l’heure de fermeture du musée.

Astuce 1 : le musée Russe est généralement plus chargé le lundi puisqu’il s’agit du jour de fermeture du musée de l’Ermitage. Nous vous conseillons donc d’effectuer votre visite le jeudi après-midi ou le vendredi.

Astuce 2 : vous pouvez acheter vos billets et accéder au musée par l’entrée située du côté de l’aile Benois, où les files d’attente sont généralement plus courtes. Vous visiterez probablement le musée dans le sens chronologique inverse, mais vous éviterez surtout de perdre du temps à faire la queue.

N’oubliez pas de télécharger notre application mobile Hurikat pour éviter les files d’attente dans les plus grands lieux touristiques d’Europe ! Elle est disponible gratuitement sur iOS et Android et vous donne les infos à jour et en temps réel.

Hurikat

Palais de Peterhof

Pierre le Grand a conçu Peterhof comme la résidence du dieu de la mer. Il voulait en faire un symbole de la Russie comme superpuissance européenne capable de concurrencer les plus beaux monuments de l’Occident, notamment Versailles. Bien que le palais soit situé en dehors de la ville de Saint-Pétersbourg, il fait partie des lieux qui attirent des millions de touristes étrangers dans la ville. En plus du palais, le site comprend 20 autres musées, pavillons, bâtiments, parcs magnifiques et plus de 150 fontaines. Peterhof est vraiment un incontournable, même si une visite sans file d’attente relève presque de l’impossible.

Peterhof, Saint-Pétersburg

Crédits photos : superscheeli via Flickr (CC BY-SA 2.0)

Astuce 1 : en haute saison, allez-y de préférence le lundi : le palais est fermé ce jour-là mais tout le reste est ouvert. Si ce n’est pas primordial pour vous de visiter le palais, alors vous gagnerez énormément de temps (puisque c’est pour le palais que les files d’attente sont les plus longues, et les touristes évitent donc ce jour pour venir à Peterhof).

Astuce 2 : si vous tenez absolument à visiter le palais, essayez d’arriver plus tôt. Pour les touristes étrangers (groupes et individuels), les horaires de visite sont limités : le premier créneau est de 10h30 à 12h et le second de 14h30 à 16h15. Achetez votre billet vers 9h30-10h puis allez vous balader dans les jardins supérieurs et inférieurs et leurs célèbres fontaines, petits pavillons et musées thématiques.

Astuce 3 : chaque jour pendant l’été, vous pouvez assister à 11h au démarrage de la Grande Cascade, un ensemble de 64 fontaines différentes et de plus de 200 statues en bronze qui s’étend de la façade nord du palais au canal maritime. C’est tellement spectactulaire que nous vous recommandons vivement de ne pas passer à côté !

Astuce 4 : planifiez votre visite à l’avance en choisissant les parties des parcs et des palais que vous voulez voir. Peterhof est beaucoup trop vaste pour pouvoir tout explorer en une journée.

Dans la partie ouest du jardin inférieur, vous pouvez visiter le palais Monplaisir, la résidence favorite de Pierre le Grand et le coeur de Peterhof (fermé le dernier lundi du mois), l’aile Catherine qui était autrefois le théâtre de magnifiques banquets, bals et réceptions (fermé le dernier jeudi du mois), ou encore le pavillon des bains qui donne un aperçu de la vie quotidienne de la cour russe (fermé le mercredi).

Astuce 5 : si la pluie est prévue le jour de votre visite, il est préférable de changer vos plans et d’aller à Peterhof un autre jour : la plupart des musées et pavillons risquent d’être fermés.

Palais de Tsarskoïe Selo (palais Catherine)

Un autre endroit spectaculaire à visiter à l’extérieur de Saint-Pétersbourg est Tsarskoïe Selo (le palais Catherine), avec l’un des plus beaux jardins à l’anglaise de Russie et un style Rococo caractéristique. La partie la plus célèbre du grand “Tsarskoïe Selo” est sans doute la chambre d’ambre, aussi connue sous le nom de “huitième merveille du monde”.

Les heures d’ouverture du palais sont assez limitées. Du mercredi au lundi, il est ouvert de 10h à 16h45 (d’octobre à avril) et de 12h à 18h en mai et septembre. Pendant l’été, le palais est ouvert de 12h à 19h. Chaque mardi (toute l’année) et le dernier lundi du mois (d’octobre à avril), le palais est fermé. L’été, la queue peut durer près de deux heures et de nombreuses restrictions liées aux vacances scolaires et jours fériés existent.

Pour les visiteurs individuels, les créneaux de visite sont de 12h à 14h et de 16h à 17h, bien qu’il y ait des horaires d’ouvertures étendus en haute saison (de juin à août). Pour connaitre les horaires d’ouverture prolongés, consultez le site web du musée (en anglais), mais pour être sûr de pouvoir rentrer sans perdre votre temps et votre patience, la meilleure option est de réserver une visite groupée.

Astuce : ne venez pas seul(e) et arrangez-vous avec d’autres touristes si vous êtes coincés dans une queue interminable : pendant que vous faites la queue, les autres peuvent aller se balader dans le parcs et vice-versa. Il s’agit d’une pratique courante et tolérée en Russie. Dans tous les cas, rappelez-vous qu’il est beaucoup plus simple et rapide d’opter pour une visite groupée.

Tsarskoïe Selo à Saint-Pétersbourg

Crédits photos : Alexxx Malev via Flickr (CC BY-SA 2.0)

Top 10 des choses à faire à Saint-Pétersbourg

Si vous avez visité tous les musées ci-dessus (félicitations !) ou du moins quelques uns d’entre eux (c’est déjà bien) et que vous recherchez d’autres choses intéressantes ou divertissantes à faire dans la ville, nous vous avons préparé une liste de visites moins connues.

1) Contempler les ponts de la Neva se lever pendant la nuit

Prenez une bouteille de champagne et votre appareil photo puis allez sur les quais de la Neva pour admirer les ponts s’élever, laissant naviguer les bateaux. Assurez-vous d’être sur la rive droite : une fois les ponts levés jusqu’à 5h et le métro fermé, vous n’aurez plus aucun moyen de traverser la Neva ! Vous pouvez maintenant imagine le casse-tête que peuvent représenter ces ponts pour les habitants de la ville.

2) Manger un «pychki» au 25 Bolchaya Konyuchennaya

Ces donuts sont aussi délicieux et peu chers qu’il y a 50 ans. Vous avez bien lu, les Russes mangeaient déjà des donuts à l’époque soviétique et des “cafés donuts” comme celui-ci existaient déjà !

3) Aller sur les toits de Saint-Pétersbourg

La vue est spectaculaire, surtout si vous trouvez un toit proche de la Neva. Contempler les ponts depuis un toit au coucher du soleil est l’idéal. Si vous ne connaissez personne qui peut vous conseiller un toit à escalader, pas de panique, il existe des visites des toits de la ville avec des guides qui vous accompagnent pour un prix abordable.

4) Dire à un local que vous avez été à Moscou mais que vous préférez Saint-Pétersbourg

Vous vous ferez beaucoup d’amis rien qu’en disant ça. Les Saint-Pétersbourgeois n’aiment pas les Moscovites et les considèrent snobs. Paradoxalement, la plupart des Moscovites sont d’accord avec eux, adorent les Saint-Pétersbourgeois et n’aiment pas les autres Moscovites. Mais passons les mystères de la psychologie russe.

5) Profitez d’une balade sur la Perspective Nevski

Il s’agit du centre-ville et de l’artère principale. Si vous connaissez quelqu’un à Saint-Pétersbourg (ne serait-ce que la personne assise à côté de vous dans l’avion), c’est ici que vous vous retrouverez.

6) S’embrasser sur le pont des baisers !

Si vous allez à Saint-Pétersbourg en amoureux, rien de plus romantique que de s’échanger un baiser sur le pont chargé d’histoires et de légendes. Un baiser sur ce pont garantit bonheur au couple qui s’embrasse, et plus le baiser est long, plus leur vie à deux sera heureuse.

7) Visiter le Théâtre Mariinsky

Il s’agit de l’un des plus célèbres théâtres d’opéras et de ballets au monde. Pensez à acheter en avance vos billets sur le site internet du théâtre.

8) Jeter une pièce dans le Chizhik-Pyzhik

Sur les quais de la Fontanka, vous trouverez une petite statuette de 11 centimètres représentant un oiseau. Si vous lancez une pièce en faisant un voeu et que cette pièce ne tombe pas dans la rivière mais atterrit sur le socle de la statuette, votre voeu sera exaucé. Une chansonnette populaire est dédiée à cette croyance et en dit long sur la culture russe :

Chizhik-Pyzhik, où étais-tu ?

En train de boire de la vodka sur la Fontanka.

Pris un shot, puis un autre -

J’ai eu la tête qui tournait.

Lisez cet article (en anglais) pour connaitre les origines de cette chanson et pour comprendre pourquoi en Russie, les oiseaux boivent de la vodka dans les comptines !

9) Monter sur la colonnade de la Cathédrale Saint-Isaac

250 marches pour une vue panoramique de la ville, ça en vaut la peine !

10) Visiter le “musée des machines rebelles”

… ou le musée Lego. Ou encore le musée de l’histoire de la brique. Ou le musée des rêves de Freud, des vélos d’empereurs, de la mort ou même le musée des jeux d’arcades soviétiques… Bref, Saint-Pétersbourg est clairement la ville la plus culturelle de Russie.

Nous attendons vos cartes postales et nous vous souhaitons “schastlivogo puti” (bon voyage) !

En utilisant Hurikat, vous acceptez l'utilisation des cookies.

Plus d'infos OK